Pétition plus jamais au Japon #TakeDownJulienBlanc

Depuis dimanche 2 novembre, un expert en séduction (sic) de l’entreprise Real Social Dynamics, est devenu l’ennemi numéro 1 des internautes après la diffusion d’une vidéo choquante sur ses méthodes de séduction au Japon. Ce suisse misogyne et raciste, dont la twittosphère scandalisée, a juré la perte, enseigne moins la séduction qu’un harcèlement insupportable, exploitant la vulnérabilité des femmes, et les agressant physiquement.

 

Bien que ma contribution ne soit qu’une modeste page de plus sur internet, et que je craigne la « publicité » faite au passage pour des séminaires de Real Social Dynamics, je ne peux m’empêcher de m’exprimer sur cet individu odieux, invitant les hommes à abuser des différences culturelles existant entre occidentaux et asiatiques, en particulier les japonaises. En septembre 2014, Msdoom99, compte YouTube d’une féministe japonaise, a publié des sous-titres pour le film « Homme blanc baisant des asiatiques à Tokyo (et les belles méthodes pour ce faire) ».

Julien Blanc, "dating expert", bragging how easy it is to force Japanese women to put their mouths on your dick.  街で女の頭つかんで顔にチンコを当てまくった。

Le titre de la vidéo, réédité, est « Homme blanc déchainé au Japon « vous pouvez avoir tout le sexe que vous voulez » (白人が日本で大暴れ「日本ではHしほうだい). Son montage vidéo montre ce pick-up artiste en train de conseiller des jeunes hommes participant aux séminaires de Real Social Dynamics, une entreprise qui se décrit comme « leader en conseil de séduction depuis 2002 ». Séduction ? Vraiment ?

Comme le note L’Express, la première partie de la vidéo provient d’une autre vidéo mise en ligne par RSD, intitulée « un homme blanc baise des femmes asiatiques à Tokyo ». Face au public, Julien Blanc explique comment exploiter les différences culturelles entre l’Occident et le Japon pour coucher avec des Japonaises. Apprendre à de jeunes hommes peu sûrs d’eux comment coucher avec des filles, c’est son métier répète-t-il sur son site « Pimp« .

« A Tokyo, si vous êtes un homme blanc, vous pouvez faire ce que vous voulez, » explique Julien Blanc à son auditoire.

Au Japon, c’est bien connu, on préfère éviter les conflits ouverts et faire des scènes. La discrétion et la retenue sont des qualités très japonaises, tandis qu’on évite aussi de froisser son interlocuteur en disant « non ». En clair, il invite à profiter de jeunes femmes qui n’osent pas se défendre – on est loin du consentement ! – masquant leurs gênes par de petits rires. Expliquant qu’il ne faut pas hésiter à saisir leurs bras, ou leurs têtes, il invite son auditoire à placer le visage des jeunes femmes au niveau de la braguette afin de mimer la fellation. Comment pervertir le Japon en une terre de chasse où les hommes étrangers peuvent forcer les femmes. La vlogosphère des expatriés a réagi au quart de tour:

Dans les extraits qui suivent, Julien Blanc se montre en pleine action dans les rues et les discothèques de Tokyo. On voit ainsi le jeune homme saisir de jeunes femmes et leur faire mimer une fellation, puis en train de parler à l’oreille d’une caissière et de l’embrasser dans le cou alors que cette dernière tente de le repousser. Des scènes de harcèlement sexuel et d’agression difficilement soutenables.

 

« Au début, je ne savais pas jusqu’où je pouvais aller, mais deux jours plus tard, je me baladais dans la rue, je pouvais les attraper par la tête, et les pousser devant ma bite, à crier « Pikachu » en portant un t-shirt Pikachu, c’était ridicule! » raconte-t-il face à un public tristement hilare. Même en abordant un groupe, je les attrapais une par une, je n’ai jamais été aussi heureux. » « C’est vraiment génial« , insiste-t-il plusieurs fois. Selon lui, tous les Occidentaux ayant voyagé dans la capitale japonaise se serait déjà « amusé » à faire cette petite « blague ». Ah bon ? AuFeminin.fr

La vidéo a provoqué un tsunami sur la toile du Japon aux Etats-Unis, et Twitter s’est enflammé avec le hashtag #TakeDownJulienBlanc, appelant à l’annulation de ses séminaires dans différents hôtels et à la fermeture de ses pages internet. Des milliers de messages provenant du monde entier sont ainsi apparus sur Twitter. « Je vais te descendre. De quel droit penses-tu que c’est OK de violer le corps des femmes asiatiques, ou de n’importe quelle femme ? » s’insurge une Twittos.

 

L’article publié sur Madmoizelle appelle à la mobilisation, afin de signaler ses comptes Twitter, Facebook,  Instagram, Google+ et YouTube pour faire fermer ses pages et disparaître ses vidéos. La mobilisation commence à porter ses fruits, ses pages n’étant  plus mises à jour, tandis que leurs contenus est censuré ou effacé. La pétition lancée sur Change.org, passée à plus de 30 000 signatures depuis sa création, a réussi à faire annuler 3 séminaires, les hôtels Como (Melbourne), Marriot (Seattle) et Hilton Hills (Austin) ayant décidé de se passer de cette (très) mauvaise publicité.

Sa tournée australienne a d’ailleurs tourné court, l’artiste quittant le pays la queue entre les jambes, jeudi, d’après la police de l’Etat de Victoria. Mieux, son visa a été révoqué: «cet homme ne mettait pas en avant des idées politiques, mais le harcèlement des femmes, des valeurs qui sont haïes dans ce pays», a déclaré le ministre de l’Intérieur, Scott Morrison, sur Sky News.

Avant d’aller aux États-Unis, Julien Blanc devait passer par Tokyo, comme il s’en vantait sur Twitter – message désormais effacé. Se rendra-t-il finalement au Japon le 15 novembre, où ses actions sont passibles de 10 ans de prison ? Espérons que le scandale touche la sphère nipponne, où pour le moment, seuls les féministes et les expatriés semblent s’insurger, avec sur le Japan Times, un résumé de l’affaire, publié par un chroniqueur afin de mobiliser la communauté étrangère vivant au Japon. La communauté du web a déjà réuni plus de 17 000 voix sur la pétition anglo-japonaise lancée sur  change.org, contre sa venue dans l’archipel. Le web se mobilise aussi autour de la programmation de la société Real Social Dynamics, tandis qu’une réelle réflexion devrait être lancée sur cette culture de la séduction, finalement appelant plus à la culture du viol qu’autre chose.

 

Advertisements
About Amélie-Marie (177 Articles)
C'est en 2007 que j'ai pour la première fois posé le pied au Japon. Depuis, je n'en suis jamais tout à fait rentrée. Amoureuse de l'archipel, mais aussi des voyages, j'aime écrire à propos des mes expériences de vie, des autres cultures que je croise. Depuis 2015, chargée de communication pour une école de Japonais (Coto Language Academy), j'assiste les élèves dans leurs démarches pour venir étudier au Japon!

11 Comments on Pétition plus jamais au Japon #TakeDownJulienBlanc

  1. Ho punaise il a vraiment un grain celui la. Tss ce n’est pas qu’au japon que l’homme blanc fait ce qu’il veut des femmes, c’est le cas en afrique aussi dans le sens ou homme blanc signifie portfeuille rempli. Triste monde.

    J'aime

    • Oui ! D’ailleurs, dans les nombreux articles consacrés à cet individu, il est bien mentionné qu’il emploie ses techniques contre toutes les femmes et dans plein de pays ! Le Japon a sans doute particulièrement choqué en ce que les jeunes femmes n’ont – culturellement – pas vraiment les moyens de faire face à une telle attaque ! Mais il est clair qu’à l’étranger beaucoup d’occidentaux se lâchent … T_T

      J'aime

  2. Salut,
    Je crois qu’on va voir se développer de plus en plus, ce genre d’abrutis dans les prochaines années.
    C’est un aperçu de ce qui nous attend, je dis ça car ce sont toujours les mauvais actes qui font le plus de buzz, et pour m’être intéressé au pick-up artist, lui n’a juste aucun respect, on dirait un ado qui découvre un jeu vidéo.
    Et je trouve que des types qui vivent dans une autre dimension comme lui, il y en a de plus en plus…
    Je suis allé au Japon y a un an et même pas ça m’aurait passé à l’esprit d’arriver dans ce pays en me croyant en terrain conquis et de jouer sur les clichés et faiblesses japonaises.
    Je trouve ça vraiment dommage de mettre autant d’énergie dans des conneries et pas l’inverse…
    Quoi de mieux que de donner une image négative des étrangers. En route pour idiocracy !

    J'aime

    • Tout à fait juste ! Il y a un monde entre la séduction (la vraie, la belle, celle où tout le monde se respecte) et cette mode de « pick up » un peu dérangeante. Je ne sais pas s’il y en a de plus en plus, mais ils sont certainement de plus en plus visibles, via les réseaux sociaux.
      Pour le moment je ne suis pas certaine de la forte répercussion au Japon, mais c’est très vrai que la réputation des occidentaux peut en prendre un coup.

      J'aime

      • Hé oui, c’est comme ça que naissent les clichés sur un peuple, comme le « fucking french » dont je suis souvent appelé à l’étranger malgré moi… 🙂

        J'aime

      • Ouaip … Les françaises sont des « nympho faciles ». Même si les japonais ne nous approchent pas particulièrement (objet de mon article de demain!), j’ai pu voir une vidéo extraite d’une émission sur la comparaison de la sexualité France / Japon, et d’après mes amis japonais, la jeune française interviewée est traitée de femme « ero » (perverse / nympho) cash parce qu’elle sort, et va au love hotel. Youpi les clichés /o/.

        J'aime

  3. C’est juste un crétin qui finira en prison. La question c’est quand !

    J'aime

  4. Et comme si ce n’était pas suffisant il indique dans ses tweets que le préservatif peut être enlevé discrètement pendant l’acte. Un danger public! Le problème avec le net c’est que tout ces comportements misogynes réfrénés en place publique s’y libèrent

    J'aime

    • Oh bordel je n’avais pas lu ça. Je pense que ce genre de comportement a toujours existé, mais qu’internet renforce leur visibilité (et leur extrémisme). Heureusement – j’ose l’espérer – ils restent une minorité. Il n’empêche qu’il faut justement intervenir pour qu’ils le restent !

      J'aime

      • Exactement. Le risque de faire ce constat de minorité c’est s’imaginer que cette misogynie ne peut pas s’entendre même IRL et penser que ça se calmera tout seul. En tout cas cette femme à l’origine de la pétition est bien courageuse – malheureusement- on sait la violence des réactions des intéressés.

        J'aime

1 Trackback / Pingback

  1. Anonyme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :