Relation longue distance – les pour et contre

Source: funny memes

Cela fera presque un mois que le Nippon s’est envolé pour sa douce Russie pour les deux prochaines années. Je vous en avais parlé, le concept de relation à distance ne m’effraie pas, et je n’appréhendais que peu la séparation, ayant plein de projets perso à mener. En revanche, je me suis amusée à faire un résumé des pour et contre ce choix de vie temporaire.

Les pour:

#1 Largement en tête de liste, la PENDERIE. Elle est devenue mon royaume, à moi, rien qu’à moi. J’ai du la retrier pas loin de 4 fois – ce fut en prime l’occasion d’aller faire des emplettes durant les soldes d’été avec l’excuse fantastique du « je dois me trouver des fringues pour mes vacances en Russie ». Ayant gagné mes cintres de fer, à défaut de trône, je ne suis pas sûre de pouvoir rendre cet espace au Nippon à son retour.

#2 Les moments beauté de fille ! Je peux me mettre du vernis à ongle, du parfum, ou des crèmes pour le corps parfumées, sans que le Nippon râle en raison de son nez de super héros sniffeur ultra sensible.

Il fait un peu la même tête …

#3 Zapper des repas ! Je peux me laisser absorbée dans mes activités en oubliant l’heure des repas. Plus de « I am hungry » toutes les 2h30. Liberté !

Je lis, lis, lis, lis … 5 heures plus tard …

#4 Je peux regarder des films d’horreur. Le Nippon a HORREUR des films d’épouvante. Je ne sais pas si c’est commun chez les japonais – pour les connaisseurs, les films asiatiques fichent bien plus la trouille que les films occidentaux, avec une mythologie beaucoup plus prégnante. Je ne peux même pas visionner un trailer (avec des écouteurs) sans qu’il ne surgisse, la fumée sortant par les naseaux, stressé comme un pou.

Même les séries télés du genre Hannibal, c’est niet !

#5 Je ne fais qu’une lessive par semaine. Bonheur. Et je peux mettre de l’adoucissant parfumé.

Les contre:

#1 Je n’arrive toujours pas à dormir. Pourtant lorsque le Nippon est là, qu’est-ce qu’il me fait râler, à lire jusqu’à pas d’heure avec sa petite lampe, ou a gigoter parce qu’il joue à un jeu sur sa tablette. Ça devient légèrement problématique, d’ailleurs.

#2 Je passe des heures sans parler. C’est vrai, j’ai mes leçons de japonais, les cours que je donne en français, mes éventuelles rencontres amicales. S’ajoute aussi skype, bien entendu. Mais en dehors de ça, c’est un peu le désert. Alors je parle aux chats que je croise, aux tanuki; je suis trop heureuse de faire mes emplettes et de pouvoir ouvrir la bouche pour dire « bonjour, merci, au revoir » aux caissières. D’ailleurs, je vais bien plus dans les magasins récemment.

#3 Je ne peux plus être paresseuse. Que ce soit pour faire une course, ou répondre à l’interphone, ou encore faire des démarches administratives, je ne peux plus invoquer une fatigue subite, une tendinite du petit doigt ou encore mon incapacité à bouger du canapé à temps.

#4 Je ne peux pas regarder de film d’horreur. Ou plutôt, je ne peux plus me réfugier dans les bras du Nippon quand mon cerveau est persuadé que les démons de paranormal activity sont dans notre penderie. Ou qu’il y a un monstre derrière la porte. Ou des zombies. D’ailleurs je ferme tous les verroux, y compris du balcon, on ne sait jamais.

Même Jurassic Park me fiche une insomnie

#5 Je ne peux plus partager mes activités avec la personne que j’aime. C’est sans doute ce qui me provoque le plus gros vide. Nous avions nos rituels – se chercher un nouveau coin à visiter le weekend, déguster un gâteau dans un nouvel endroit le dimanche après midi, aller à la piscine, regarder le dernier zap de Spi0n ou le dernier Squezzie sur YouTube, bref. D’ailleurs, quand même bien aurais-je envie de regarder la dernière vidéo en date, ou d’aller à ce petit restau’ toute seule, le plaisir ne serait pas complet. Parce que c’est toujours mieux à deux.

In English

Publicités
About Amélie-Marie (177 Articles)
C'est en 2007 que j'ai pour la première fois posé le pied au Japon. Depuis, je n'en suis jamais tout à fait rentrée. Amoureuse de l'archipel, mais aussi des voyages, j'aime écrire à propos des mes expériences de vie, des autres cultures que je croise. Je travaille depuis 2015 pour Coto Academy, une école de langue de japonais et Coto Work, une agence de recrutement sur Tokyo.

9 Comments on Relation longue distance – les pour et contre

  1. Courage, en tous cas c’est un projet bien courageux! Pour que ça dure et que les points faibles ne soient pas trop encombrants dans ta vie 🙂

    J'aime

  2. Je plussoie pour la lessive, je vois la différence les semaines où l’homme n’est pas là ! Le mien a la fâcheuse tendance à accumuler dans un recoin de la chambre, en boule, des fringues portées seulement quelques heures. Grrrrr…
    Sinon je te félicite de mener à bout ton projet, en faisant fi de la distance. Et comme tu l’as signalé, celle-ci a aussi ses bons côtés !

    Aimé par 1 personne

  3. Allez ! plus que 23 mois et tu vas encore trouver des points positifs… t’imagine l’état de ta penderie d’ici là ? 😉

    J'aime

  4. Ton mari n’aime pas les choses qui sentent bon 😡 ???
    Bon courage à toi en tout cas !!

    J'aime

  5. Le dernier point 😦

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :