Mon panier de courses au Japon

Le marchand de légumes de Mejiro, il est pas fou, il embauche de beaux étudiants ...

Petit aperçu de mes courses du jour !

Une chouette idée découverte chez Whereonearth, qu’ai-je donc dans mon panier de courses en cette belle soirée de septembre ? J’ai décidé de vous présenter un peu au hasard des produits que j’achète plus ou moins régulièrement. Dernièrement, j’ai été un peu paresseuse et ne suis pas allée chez mon marchand de légumes favori (à 15 minutes de marche, du côté de Mejiro), malgré la terrible ambiance de marché qui y règne et les charmants vendeurs. J’ai dû donc redoubler d’attention quant à l’origine de mes produits, et j’ai un peu craqué sur des produits industriels, vendus au supermarché du coin.

Commençons par le mal: halloween approche, et les rayons sont déjà à la fête. J’ai opté pour la découverte des petits Kitkat saveur « kabocha«  ou potiron japonais. C’est bien simple, j’aime tout ce qui en contient, du curry au pain fourré, en passant par les chocolats et les smoothies. Deuxième achat diabolique, du fromage Anpanman, du nom du personnage adoré des enfants japonais … dont la tête est un petit pain fourré à l’haricot rouge – anpan – (fromage / petit pain, n’allons pas plus loin dans la logique). Alors oui, ce n’est pas du fromage, on est d’accord. J’ai découvert ce pêché mignon lorsque je gardais mes deux bouts de chou en juillet.

Côté légumes, étant donné que je ne suis pas allée au maraicher, j’ai fait un compromis entre produits frais et surgelés (qui ne sont pas de mauvaise qualité, et pas chers du tout). Edamame (fèves de soja que l’on écosse d’un coup de dent au moment de les manger) et potiron sont au rendez-vous, avec un bout de nagaimo, un turbercule très bon pour la santé et que l’on peut préparer en frites (même que c’est meilleur que les pommes de terre !). S’ajoute du komatsuna, une forme d’épinard (en France, elle est appelée moutarde brune, c’est la même classification, mais ça n’y ressemble pas vraiment). J’aime beaucoup l’utiliser en smoothie, d’autant que cela se marie très bien avec de l’ananas et du citron. Des bananes de philippines, une tranche d’ananas, des myrtilles de Californie (j’ai honte) et trois prunes (locales). En fruits, j’ai de la chance d’avoir une belle-famille vraiment gentille, qui me couvre de pommes et de poires … et bientôt de kaki. Que je l’attends avec impatience cet automne japonais !

Lorsque je passe chez le marchands de légumes, je privilégie en général les régions du sud, comme beaucoup de japonais. J’adore l’atmosphère de ce magasin, complètement ouvert sur la rue et dont il faut suivre le chemin à sens unique, une fois rentrée, il faut sortir par la caisse en suivant un labyrinthe au milieu des étals de fruits et légumes. Les vendeurs – assez jeunes de manière générale, et plutôt séduisants – sont toujours en train de faire la criée. Pas fou le patron, sachant que 90% des clients sont des femmes !

Petite vidéo d’un maraicher de Koenji.

Irasshaimaseeeeee ! Bienvenuuuuue !

Cet été, ce fut la fête de la pastèque, délicieusement sucrée, un peu du raisin (mais hors de prix où qu’on aille), et en général, le combo carotte, tomate, avocat (du Mexique – honte, le retour !), navet, pomme de terre l’emporte. Petite mention spéciale à la patate douce, mon second pêché. J’essaye d’éviter les produits importés, pour soutenir la production locale et faire un (petit) geste pour l’environnement (encore que j’ai appris que ce n’est peut être pas le cas). Cela fait râler le Nippon, qui considère les agriculteurs japonais comme pire que la mafia. Je l’ai mentionné auparavant, je suis très paresseuse en cuisine, et beaucoup de mes achats finissent en smoothie ou en soupe (je suis expéditive!). L’hiver arrive, et je sens venir les marmites de curry qui durent 5 jours …

Une promotion sur une baguette de pain un peu tradi aux noix (tous les supermarchés n’ont pas ce genre de produits un peu « luxe »), des croquettes de légumes, du tofu frit et du tofu frais, enfin, des yaourts à l’aloe vera. À la base, je privilégie tout ce qui est à base de lait de soja, mais le parfum aloe vera est assez sympa et ma foi, ces yaourts sont légers !

Je ne mange jamais de viande – ou tout du moins, je n’en achète pas. Entre le scandale du poulet en Asie, et mon manque d’attrait pour le porc et le boeuf, je suis assez limitée. Ici, la viande hachée à bas prix mélange le boeuf et le porc (attention aux kanji sur le paquet !), tandis que les morceaux de qualité sont assez chers et, coupés de manière différente: le gras et le cartilage sont à l’honneur dans les cuisines asiatiques. Finalement, ma vie au Japon me conduit tout doucement vers un mode de vie végétarien – ou presque, je ne peux renoncer aux oeufs, ni au fromage.

Côté boisson, à part du jus d’orange 100%, je n’achète rien en magasin. Si j’ai une envie, il me suffit de trouver un distributeur.

 

Oui, je l’admet, mes photos d’aujourd’hui sont de piètres qualité … l’application photo de l’iPhone et moi on est pas copain – copain !

Je vous laisse avec l’exploration d’un supermarché de centre commercial par une japonaise avec un accent anglais charmant:

Publicités
About Amélie-Marie (177 Articles)
C'est en 2007 que j'ai pour la première fois posé le pied au Japon. Depuis, je n'en suis jamais tout à fait rentrée. Amoureuse de l'archipel, mais aussi des voyages, j'aime écrire à propos des mes expériences de vie, des autres cultures que je croise. Je travaille depuis 2015 pour Coto Academy, une école de langue de japonais et Coto Work, une agence de recrutement sur Tokyo.

11 Comments on Mon panier de courses au Japon

  1. j’adore cet article, il faut dire qu’un des trucs que j’adore faire quand je vais à l’étranger, c’est d’aller dans les épiceries. Je trouve ça fascinant car c’est vraiment une immersion dans une autre culture simplement en regardant le type d’articles vendus, le packaging… 🙂

    j’aimerais bien te piquer cette idée d’article mais je pense pas que ce soit très dépaysant 😉

    J'aime

    • Je suis exactement pareille ! Je peux me perdre des heures dans la contemplation des produits (bon rajoute à ça la pénible lecture des kanji pour essayer de comprendre …). Je suis sûre qu’il y a des produits intéressants (et puis c’est aussi de la curiosité sur les habitudes des uns et des autres selon les pays !).

      Par exemple, ici, il y a des biscuits en forme de feuille d’érable qui sont vendus depuis le Canada. C’est vraiment populaire et emblématique ? J’adore en tout cas ! Mais je ne connaissais pas du tout avant d’aller au Japon.

      J'aime

      • ah ouais des biscuits à l’érable (avec parfois 2 couches de biscuits et de la crème d’érable entre les 2), c’est populaire en effet 😉

        je sais pas toi mais moi j’aime beaucoup tester des produits que je ne connais pas et qui me semblent un peu étranges, et j’ai parfois de sacrées surprises ahah!

        J'aime

      • Oui ! J’en ai eu de bonnes : la cannelle avec de la poudre de chocolat (à saupoudrer).

        Et de moins bonnes, plus ou moins liées au goûts bizarres tels le wasabi (que j’aime en général, mais ouh sur certains trucs ça pique).

        Ils ont par exemple des omelettes sucrées toutes faites, déjà tranchées. Au début j’aimais bien, et maintenant je réalise que c’est assez spécial !

        J’ai testé pas mal de préparation d’algues, et jusqu’ici, je n’ai pas vraiment trouvé de bonnes choses transcendantes.

        J'aime

      • j’avoue que les algues, ça m’attire pas plus que ça à la base!

        ici j’ai voulu tester le « cheese whiz »… comment décrire… du fromage orange en pot, genre pâte à tartiner… ça a malheureusement fini à la poubelle…

        J'aime

      • Erk … Ils ont aussi des espèces de crèmes de fromage ici, mais mon sens de l’aventure a des limites x) (tout ce qui est pâteux, j’avoue). Ils sont pas mal mélange bizarre, genre fromage / truc sucré, ce qui en soi, n’est pas innovant, sauf qu’ils vont chercher le truc biiiien étrange !

        Aimé par 1 personne

  2. OH MON DIEU LES KITKAT KABOCHA!!!! Dire que j’ai manqué, snif…
    Et à propos de kabocha, j’en achetais souvent au rayon surgelé, déjà en morceaux, pratique et pas cher. J’adore aussi 😉

    J'aime

    • C’est trop bon (je n’ai pas attendu haloween ahaha d’ailleurs je réalise que c’est genre le 31 octobre, ils sont rapides les nippons!).

      Oui les morceaux déjà coupés cuits sont très pratiques. Ceci dit je me suis acheté des morceaux frais que j’ai cuit et congelé, par contre pour COUPER la la kabocha faut avoir un super couteau >_<.

      J'aime

  3. ahh super panier!!
    Pas de produits européens, parce que tu n’en trouves pas ou parce que tu n’en achetes pas?

    J'aime

    • Parce qu’on en trouve très très peu, à moins d’aller dans les supérettes un peu luxe et de payer cher l’importation. Le Japon a une politique assez stricte concernant les produits étrangers, car le gouvernement protège la production locale.

      On peut bien évidement trouver des pâtes, du fromage, voir des pizzas ou de la charcuterie (qui ne sont pas forcément importés du coup) mais ce n’est pas dans mes habitudes alimentaires (à l’exception du fromage hihihi).

      En fait je dirai qu’il y a peut être 5% de produit type de ce qu’on trouve en Europe, au milieu des soba, des algues et compagnie. Ça peut être très très déstabilisant et je vois beaucoup d’étrangers (à leur début ou pour de courte durée de séjour) qui optent pour les plats préparés, les trucs instantanés … Etc.

      J'aime

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Dans mon frigo canadien | I feel blue
  2. Des avantages et des inconvénients d’être expat’ | Amelie Marie in Tokyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :