Une journée à Yokohama

Quai de la ligne Shonan Shinjuku

À une trentaine de kilomètres de Tokyo, la deuxième plus grande ville du Japon (3,7 millions d’habitants) affiche une modernité décomplexée, avec le plus puissant port industriel du pays, résultat de ses relations historiques avec les occidentaux. Divisée en 4 quartiers, Yamate, Kannai, Chinatown et Minato Mirai, Yokohama résume bien le paradoxe du Japon, entre son ultra modernité et une histoire forte, encore palpable au hasard des rues.

Une journée ne m’aura finalement pas suffit pour venir à bout de Yokohama tant j’ai trouvé cette ville absolument fascinante. Il est vrai que je suis une grande passionnée de ports et de navires (je suis intarissable sur les porte-conteneurs), si bien que le port de Yokohama est une perle à mes yeux.

Vue depuis la Landmark Tower

Vue depuis la Landmark Tower

Arrivées via la Shonan Shinjuku, nous avons emprunté la ligne Minatomirai pour le quartier du même nom, à la signification poétique: le port du futur. Il faut dire que Yokohama n’a pas raté son coup en batissant un immense quartier de buildings flambants neufs à l’architecture originale et à l’agencement mettant en valeur son front de mer.

Passionnés d’architecture ou de shopping, ce quartier est pour vous. De la gare, nous nous sommes rendus à la Landmark Tower, une immense tour de 296 mètre, offrant un Jardin du Ciel (Sky garden). 1000¥pour emprunter un des ascenseurs les plus rapides du Japon (750 mètre en une minute, oreilles bouchées en promo), et avoir une vue époustouflante sur Yokohama. On entrevoit les gratte-ciels de Shinjuku (notamment la Métropolitain Government Tower), de la station Tokyo, et par ciel dégagé, le Mont Fuji. L’oeil rivé sur le ballet des navires au loin, je n’ai pas raté la vue sur le parc d’attraction, ni sur le Nippon Maru, et le musée du port, notre prochain objectif.

Nippon Maru

Nippon Maru

Le Musée du Port est une véritable découverte. Là encore, j’applaudis les japonais capables de concevoir des espaces d’expositions attractifs, interactifs, ne lassant pas le visiteur et dosant la quantité d’information. Avec sa scenographie dynamique (c’est le guide michelin qui le dit), le musée aborde l’histoire de la marine marchande, du port de Yokohama, sans oublier un bon nombre de maquette, un simulateur de navire (youpi, je suis diplômée après avoir parqué mon navire de croisière !). Le clou de la visite est sans contexte le Nippon Maru, un navire école de 1930 qui nous replonge dans le passé et permet de découvrir la vie des marins.

C’était d’autant plus passionnant que le musée présente beaucoup de choses en anglais, et que les employés du Nippon Maru, des vieux loups de mer, n’hésitent pas à vous expliquer deux – trois choses. Ce jour là, un jeune marin de la Marine japonaise se promenait avec sa petite amie. À peine 18 ans dans son bel uniforme, il s’est levé raide comme un piquet pour saluer le vieux marin qui nous guidait dans la découverte du Nippon Maru. Moment émotion pour notre guide, entré dans la marine il y a de cela 50 ans (ndlr: la marine japonaise à proprement parler n’existe pas, il s’agit de la Force Maritime d’Autodéfense du Japon, l’article 9 de la Constitution japonaise interdisant au Japon d’avoir une quelconque force armée).

Reprenant la Minatomirai, nous nous sommes rendus à Chinatown, quartier absolument fascinant. Véritablement on peut penser que l’on n’est (presque) plus au Japon. Yokohama, ville portuaire comme il se doit, possède la communauté de chinois la plus importante du Japon, d’une part en raison de son ouverture précoce à l’Occident et d’autre part, parce que la communauté occidentale eut recours au marchands de Shanghai pour traiter leurs affaires avec les nippons.

Chinatown

Chinatown

Nous avons déambulé dans les petites rues de ce quartier dense et animé, décoré de lanternes rouges et aux effluves épicées. Quelques 200 restaurants, d’innombrables boutiques dédiées aux produits (plus ou moins) chinois mais aussi … dédiées aux arts divinatoires, avec des devins vous hélant dans la rue pour lire votre paume. Quartier chinois oblige, négocier votre bout de gras n’est pas impossible.

De Chinatown, je souhaitais visiter le quartier Yamate, historiquement le quartier résidentiel des occidentaux, offrant un beau panorama sur le port et la baie de Yokohama. S’y trouve en particulier le plus grand cimetière des étrangers, avec parait-il des tombes ne manquant pas de piquant (une pierre tombale en forme de ticket de train pour un ingénieur des chemins de fer …).

Rue motomachi – source: http://jepang.panduanwisata.com

Par ailleurs, Yokohama offre un musée d’art moderne (expositions temporaires), un musée industriel (ouvert avec le concourt de Mitsubishi), un musée sur les Cup Ramen ainsi qu’un musée consacré à la soie. Dans le quartier Yamate, les fans de jouets pourront visiter le Tin Toy Museum, tandis que les amoureux du tennis ne manqueront pas de se rendre au Musée du Tennis de Yamate.


Accès Minatomirai: ligne Minatomirai depuis la station Yokohama, station du même nom
À voir:

Accès Chinatown: ligne Minatomirai, station Motomachi Chugaki
À voir:

  • le temple chinois Kantei-byo (9h – 19h)

Accès Yamate: station Ishikawacho
À voir:

  • la rue Motomachi
  • le Harbour View PArk
  • le cimetière des étrangers (10h – 17h sf lundi)
  • Tin Toy Museum (9h30 – 18h ; 200¥)

Accès Kannai: station Sakuragicho, station Bashamichi
À voir:

Advertisements
About Amélie-Marie (177 Articles)
C'est en 2007 que j'ai pour la première fois posé le pied au Japon. Depuis, je n'en suis jamais tout à fait rentrée. Amoureuse de l'archipel, mais aussi des voyages, j'aime écrire à propos des mes expériences de vie, des autres cultures que je croise. Depuis 2015, chargée de communication pour une école de Japonais (Coto Language Academy), j'assiste les élèves dans leurs démarches pour venir étudier au Japon!

2 Comments on Une journée à Yokohama

  1. Je ne suis jamais allée à Yokohama…
    J’avais déjà visité le quartier chinois de Kobé et j’avais bien aimé ! Il faut que je passe à Yokohama la prochaine fois que je vais au Japon 🙂 !!

    J'aime

    • Absolument ! De plus j’ai été très surprise, les gens sont différents de Tokyo. C’est sans doute l’effet « ville tournée vers l’étranger » car beaucoup sont curieux de te voir et n’hésitent pas à t’adresser la parole, et à te poser des questions ! (Rien à voir, mais je réponds lentement mais sûrement à l’email).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :