Demander le visa de conjoint japonais au Japon

Alors que mon visa vacances travail touche à sa fin, j’ai effectué les démarches pour obtenir mon visa de conjointe de japonais. Pour toutes les administrations nationales, il s’agit de mettre en place un parcours du combattant afin d’épuiser les éventuelles fraudeurs, même si au passage, les couples sincères passent un sacré quart d’heure. Le Japon avec sa bureaucratie aussi schizophrène qu’en France, ne manque pas d’imagination quand au nombre de papiers officiels à fournir. Ainsi que  de papiers officieux, sorte de bonus augmentant votre capital chance.

Affiche de campagne contre les mariages blancs

La procédure est légèrement différente, selon que vous demandez le document à une ambassade en France par exemple, que vous êtes au Japon en touriste, ou si vous êtes au Japon avec visa. Dans le dernier cas, le certificat d’éligibilité (COE) n’est pas nécessaire, car l’obtention d’un premier visa vous fait sauter cette étape. Dans les deux premiers cas, il n’est pas nécessaire … mais très recommandé.

Cet article concerne donc la demande d’un visa de conjoint, au Japon, avec un précédent visa.

Votre mission, trouver la liste des documents … si vous le pouvez

La première étape, si vous êtes concerné, est bien sûr de se renseigner sur la documentation à fournir, sur un site officiel (on ne le répétera jamais assez). Or les japonais sont des petits malins, au pays de la technologie, ils ont conservé des sites bien moisis de derrière les fagots dès qu’il s’agit de regarder la version anglaise (la version japonaise étant plus propre).

Tapez visa d’époux japonais (ou japanese spouse visa), les premiers liens concernent les ambassades (ainsi que l’excellent article de shootjapan.com, demander un visa de conjoint). Mais résidant au Japon, la liste indiquée sur les ambassades est différente. Il faut donc creuser, plus exactement du côté du ministère de la justice ou du bureau de l’immigration japonais.

Parmi les nombreux menus, liens et documents, c’est du côté du guide de l’immigration (immigration guidebook) que se trouve une liste des documents nécessaires pour le changement de statut. Attention, la liste est à compléter selon votre cas (ici … époux !):

  • formulaire d’application
  • une photo d’identité
  • passeport et carte de résidence (copie)
  • documents prouvant votre mariage auprès des deux pays (donc une copie de l’acte de mariage dans l’état civil français)
  • documents relatifs à votre profession / revenus ou ceux de l’époux (copie des impôts pour le conjoint japonais)
  • une lettre de garantie de votre époux japonais

Vous pensiez être au bout de vos peines ?

Eh bien, non. Cette liste (pourtant sur le site officiel de l’immigration japonaise) n’est pas complète: il vous faut vous rendre sur la version japonaise du site de l’immigration (youpi!), où vous trouverez notamment un modèle de lettre de garant. On continue:

  • questionnaire à propos de votre couple (en japonais): où l’on vous interroge sur votre rencontre, votre histoire de couple, ainsi que les langues utilisées entre vous, vos projets …
  •  quelques photos de vous à travers vos années de couple (attention, aucun document ne sera rendu)

Si vous rentrez dans les cases (vous ou votre conjoint avez une profession, donc des revenus, donc pas mal de documents bancaires à fournir), aucun souci, à priori. Si vous êtes en dehors des cases (sans profession), le seul conseil à donner est de » blinder » votre dossier avec des documents non requis, mais qui facilitent les choses:

  • une lettre adressée à l’officier, attestant que vous avez l’honneur de demander le visa d’épouse (je ne remercierai jamais assez shootjapan.com sur ce point, car j’ai bien vu que ça a été très apprécié lorsqu’ils ont vérifié les pièces du dossier)
  •  copie de vos comptes bancaires en France et tout autre acte (propriété par exemple)
  • documents à propos de votre niveau de langue en japonais (ou votre intention d’apprendre, par exemple carte d’étudiant)
  • pourquoi pas, un curriculum vitae ou des documents à propos de votre recherche d’emploi au Japon
  • une lettre de garantie de la famille japonaise
  • etc …

Vous l’aurez compris, face à une bureaucratie ne jouant pas le jeu clairement, j’ai tendance à en mettre bien plus qu’il n’en faut.

Aller au bureau de l’immigration de Shinagawa, tout une aventure

C’est sous un soleil de plomb que nous nous sommes rendus mardi matin au bureau de l’immigration de Shinagawa. C’est assez facile de s’y rendre, puisqu’une fois à la station Shinagawa, à la sortie Konan, des panneaux indiquent l’arrêt de bus pour s’y rendre. Quelques dix minutes plus tard, nous voilà face à un building rutilant mais à l’intérieur un peu crasseux, avec ses murs et sa moquette tachés. Les demandes de visa se trouvent section B du deuxième étage, où déjà une longue file d’attente patientait au triage. Après une petite demi-heure à piétiner dans le brouhaha, les pleurs de bébés et les discussions animées, nous arrivons enfin au comptoir, d’où nous sommes renvoyés (non sans préalablement nous avoir donné le ticket N°202) au guichet D N°5, pour faire vérifier la liste de document.

Le guichet D N°5 n’existe pas. Ou plutôt, il a été créé après coup, et n’est donc indiqué sur aucun panneau. Il faut avoir l’oeil pour repérer le petit imprimé, indiquant d’une flêche, ce guichet, caché dans l’angle de la section D. Nous prenons un ticket. N°51. Je fais découvrir à Satoru, Asterix et Obelix les 12 travaux, et le fameux passage du formulaire A38.

Plusieurs de mes documents sont en anglais, ce qui ne pose pas de problème. Par contre, les documents en français doivent être impérativement traduits, même si nous avons une exact équivalent en japonais (le livret de famille français présentant les mêmes information que le koseki japonais, on pensait que ça irait. Non.). Néanmoins, le tampon de vérification est apposé. Retour en section B, où le N°179 vient d’être appelé. Nous traduisons en urgence les quelques documents (votre conjoint japonais doit impérativement avoir son hanko afin de signer sa traduction), et finissons à temps. N°202 !

L’officier regarde consciencieusement ma liasse de document. Il me regardera à plusieurs reprises, impassible, comme s’il cherchait à sonder sur mon visage, la véracité de mon dossier. Pose quelques questions, mais à peine. Je souris du mieux que je peux. Il nous donne une carte de réponse sur laquelle nous écrivons notre adresse.

Vous recevrez une réponse d’ici un mois.

Advertisements
About Amélie-Marie (177 Articles)
C'est en 2007 que j'ai pour la première fois posé le pied au Japon. Depuis, je n'en suis jamais tout à fait rentrée. Amoureuse de l'archipel, mais aussi des voyages, j'aime écrire à propos des mes expériences de vie, des autres cultures que je croise. Depuis 2015, chargée de communication pour une école de Japonais (Coto Language Academy), j'assiste les élèves dans leurs démarches pour venir étudier au Japon!

10 Comments on Demander le visa de conjoint japonais au Japon

  1. Bravo pour ta ténacité sur ce parcours qui semble bien pénible ! Je te souhaite une réponse positive aussi vite que possible 🙂

    J'aime

  2. Je croise les doigts pour toi, mais ton dossier a l’air en béton donc ça devrait le faire 😉

    J'aime

  3. Un vrai parcours du combattant effectivement. J’ai effectué la même démarche mais pour la France. Par contre, j’avoue avoir été chanceuse, je suis tombée sur un agent assez sympa. On n’a pas été harcelés de questions non plus. bref, bon courage. L’administration est toujours pénible…

    J'aime

    • Merci de ton retour. J’ai toujours envisagé la France comme « pire » (ayant fait un stage auprès d’un avocat spécialisé en droit des étrangers, j’ai été même horrifiée des méthode administratives). Donc bravo pour le parcours inverse !

      J'aime

  4. Merci pour cet article. Ca va sûrement me servir un jour alors je garde tout ça au chaud 🙂

    J'aime

    • Ravie si ça peut être utile. J’en ai bavé (mais c’est en partie parce que je stresse énormément) pour remplir les papiers. Le problème nous concernant est notre statut atypique, avec moi en prof particulier (gagnant des clopinettes) et le Nippon ayant quitté son travail pour aller en master… Ils sont très attentifs au « projet » notamment financier, que le couple présente.

      J'aime

  5. Haha, très bon article, j’aime bien le côté « maison qui rend fou »…
    Je suis surpris, cependant : j’étais persuadé que le working holiday n’était pas transformable, et qu’il fallait absolument retourner dans son pays pour demander un visa plus pérenne… Comme quoi, j’ai été mal renseigné (à dessein ?…)
    Quoi qu’il en soit, je croise les doigts pour vous, et je garde cet article en mémoire (sait-on jamais…)

    J'aime

    • J’avoue que la complétion du dossier nous a fait péter un boulon. Faut avoir des nerfs d’acier quand tu réalises que t’as pas bien rempli la case 29 et que tu dois réimprimer, remplir à nouveau et signer. Tu as été mal renseigné mais c’est sans doute en raison d’une obscurité volontaire administrative. De ce que j’ai pu voir, tu peux passer de n’importe quel statut à un autre sans jamais retourner au pays. Ce qui est très avantageux car (nonobstant le billet d’avion) tu as beaucoup moins de documents a fournir. Mais il est possible qu’avant la réforme de la alien card en residence card, les règles aient été ainsi et la simplification ne soit pas encore bien comprise. Sur le site PVT j’ai lu une histoire épouvantable, d’une personne ayant eu son visa, puis ayant perdu le passeport. Il a appelé au Japon (plusieurs fois), l’ambassade en France (plusieurs fois). On lui a répété que rien n’était faisable (un WHV n’est édité qu’une fois). Arrivé au Japon en touriste (espérant un geste de l’immigration sur place), on lui a dit que l’ambassade aurait dû lui faire un duplicata… Mais puisqu’il est entré au Japon sans, c’était… Perdu. Bonjour la communication intra administrative !

      J'aime

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. PVT au Japon : les conseils d'Amélie
  2. La sagesse des proverbes japonais | Amelie Marie in Tokyo
  3. J’ai obtenu le graal: le statut d’épouse de japonais | Amelie Marie in Tokyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :