Vivre au Japon: les tremblements de terre

L’expatriation au Japon ne passe pas sans une réflexion aux risques que l’on accepte de prendre au quotidien. Depuis 2011 et le terrible tremblement de terre de la région Tohoku, la conscience de ce danger s’est considérablement accrue.

– Il devrait y avoir un tremblement de terre. 
– Hein? Il y a une alerte ?
– Non mais peut être.

Le Nippon m’annonce cela hier soir, sans que je ne réagisse outre mesure. C’est vrai, le Japon est dans une zone sismique dangereuse, mais il s’agit là de mon 3eme séjour, l’expérience a perdu de sa nouveauté.

En savoir plus sur les Séismes.
En savoir plus sur les constructions parasismiques.

Pourtant lorsqu’à 5h18 ce matin, je me suis brusquement réveillée, alors que tout tremblait dans un grondement sourd, les murs vibrant, le calendrier accroché par une cordelette se cognant contre son support, les tringles des rideaux s’entrechoquant, ce fut une montée d’adrénaline comme je n’avais jamais eue.

Séisme du 05/05/2014, j’avais la sensation que ça n’allait jamais s’arrêter.

Les tremblements nocturnes sont les pires. Ils vous tirent du sommeil de manière brutale. Le temps de reprendre mes esprits, je réalisais que la terre tremblait toujours. Je réveillais le Nippon, peu perturbé. Les secousses étaient longues, Fukushima clignotait en néon dans mon esprit. Il s’est assis sur le lit, mais déjà, l’apaisement se profilait, ne laissant que de petites secousses de plus en plus légères. Il est 5h20. L’épicentre du séisme était situé sur l’île Izu Oshima, au sud de Tokyo (hypocentre à 160 kilomètres de profondeur). 

– Tu vois, je te l’avais dit.

Le manque de préparation, un risque pour les étrangers

Alors que je voyageais à Tokyo en 2007, j’ai vécu mon premier tremblement de terre, très tôt le matin. Je n’avais compris le sens de cet évènement que plusieurs minutes après les secousses, ce laps de temps entre l’évènement et ma compréhension étant beaucoup trop lent en cas de tremblement de terre sérieux.

Mon Nippon semble lui fourni avec un détecteur interne. Il est capable d’évaluer la secousse et de jauger si c’est suffisamment sérieux pour ouvrir la porte du balcon – où sont placées les échelles d’évacuation, ou se mettre à l’abri. Il se réveille d’ailleurs rarement en cas de séisme nocturne. Les japonais grandissent avec ce danger, subissent des entraînements mensuels durant l’enfance. C’est une donnée de leur existence.

Mais pour les habitants de pays faiblement sismiques, c’est une autre histoire. Ainsi, le conseil le plus utile à transmettre aux étrangers en visite (ou résidant) en cas de tremblement de terre, est d’observer le comportement des japonais autour de vous. S’ils vaquent à leur occupation sans montrer plus d’attention, il est probable que les secousses soient mineures et que vous n’ayez pas à être effrayés. En revanche, si vous les voyez courir vers les zones d’abris, se mettre sous les tables ou entre deux portes, vous pouvez paniquer – un peu, et suivre leur exemple immédiatement.

L’inquiétude monte avec l’intensité mais aussi avec la durée des secousses. 

Je retiens mon souffle, et sur le qui-vive, je ne pense plus à autre chose pendant ces 15, 20 ou 30 secondes qui s’écoulent. Le temps est comme suspendu et j’attends. Est-ce que celui-ci sera le bon ? Le premier à me faire revoir mon amour de l’archipel ? À me faire renoncer à accepter ce risque quotidien ? 

La plupart du temps, un séisme dure de 10 à 20 secondes, mais plus celui-ci est profond plus la durée s’allonge, jusqu’à plusieurs minutes soit une éternité lorsqu’on le subit. En France, on mentionne la magnitude, mesure de la quantité d’énergie libérée au foyer du séisme avec l’échelle de Richter tandis qu’au Japon, l’échelle de Shindo est utilisée, celle-ci prenant la mesure de l’intensité à la surface, permettant pour un même séisme, d’avoir des intensités différentes selon la localisation. Elle démarre à 0, allant jusqu’à 7, le degré le plus fort et le plus dévastateur.

Celui d’aujourd’hui se situait entre 4 et 5, soit:

  • Beaucoup de gens sont effrayés. Certains essaient d’échapper au danger. La plupart des personnes qui dorment se réveillent. (4)
  • La plupart des gens essaient d’échapper au danger, certains trouvant qu’il est difficile de bouger. (5)

Je n’ai jamais expérimenté de tremblement de terre dévastateur, et je touche du bois. De modéré à sévère, les chutes d’objets, de pierre, les vitres brisées et l’effondrement des vieux bâtiments sont les risques majeurs, mais lorsque la terre s’arrête de trembler, le danger perdure, avec incendie, explosion de gaz, coupure des arrivées d’eau et instabilité des bâtiments. Un séisme d’intensité 7 selon l’échelle japonaise, empêche les personnes de pouvoir bouger, les jetant au sol.

Dans le Japon de l’après Fukushima,  les tremblements de terre ne sont plus pareils …

Alors que les désastreuses conséquences du tremblement de terre de 2011 continuent d’inquiéter le monde, la population de Fukushima vivant encore dans des conditions épouvantables sans émouvoir le gouvernement japonais et TEPCO, l’occurrence d’un tremblement de terre amène, en plus du risque de destruction et de tsunami, celui de la catastrophe nucléaire. Si le tsunami est à l’origine de la catastrophe vécue à la centrale, plus un tremblement de terre ne passe, sans que Fukushima n’apparaisse en mémoire. 

Flux automatique d'articles sur Fukushima
 
EARTHQUAKE

Au moindre tremblement de terre, je me rends sur le site gouvernemental américain, http://earthquake.usgs.gov/, afin de vérifier la location et l’intensité. Voici celui de ce matin, situé à une 50aine de kilomètres de Tokyo.

Vivre avec des tremblements de terre fréquents, c’est ne pas oublier de se préparer au pire.

La ville de Tokyo a développé un site de prévention en japonais / anglais / français, fournissant ainsi des PDF et de la documentation dans plusieurs langues, afin d’informer les habitants étrangers et les touristes. Le site fournit de très bons services, que cela soit un forum, ou encore du japonais de survie avec des phrases utiles, une explication du système d’alerte, et même un jeu éducatif appelé The Big One, nom donné aux tremblements de terre dévastateurs qui devraient survenir (au Japon, mais aussi sur la côte Ouest des États Unis ou encore Istanbul …), permettant d’apprendre les gestes qui sauvent par la mise en situation.

PDF en Français sur les conseils à appliquer en cas de tremblement de terre

PDF en Français sur les conseils à appliquer en cas de tremblement de terre

Lorsque l’on achète un iPhone au Japon, l’iOS fournit en partenariat avec l’agence météorologique japonaise, un système d’alerte pour les tremblements de terre et les tsunamis. Soit que vous n’ayez pas un téléphone de la marque à la pomme, soit que vous n’ayez pas un modèle nippon, vous pouvez vous reporter aux applications existantes: Earthquake alert (Android), Quakefeed et Yurekuzu (Apple), ce dernier étant plus adapté pour l’archipel.

Chez vous, il est fortement recommandé de préparer un sac de survie assez complet, auquel s’ajoute un plan de votre quartier, la copie de vos papiers et une carte de secours.

  • Kit de premiers secours
  • Lampe, radio, sifflet
  • Couverture de survie
  • Gants de protection, Casque et corde
  • Couteau multifonction
  • Rations alimentaires (3 jours)
  • Eau potable (3 jours, n’oubliez pas de faire des stocks chez vous)
  • Briquet, allumettes, bougies
  • Trousse de toilette et lingettes
  • Vêtements de rechange, K-way
  • Diffuseurs de chaleur
  • Pièces de 10 et 100 yens pour le téléphone
  • Papier et crayons
  • Papier et serviettes hygièniques
  • Piles de rechange (lampe, radio)
  • Paire de lunettes de rechange

Il est possible de trouver des sacs quasiment complets (pour les pragmatiques un peu flemmards) ou de le faire soi-même.

http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-pacific-12759840: que contient un sac d’urgence japonais ?

Le site de l’ambassade américaine est très complet, et fournit beaucoup de renseignements tandis que l’ambassade de France peut (largement) mieux faire en la matière. À Tokyo, dans le quartier Ikebukuro, il existe un centre d’entrainement gratuit aux tremblements de terre, avec un simulateur et divers entrainements pouvant sauver des vies.

Témoignage sur le centre d’entrainement (Anglais) 

L’évaluation du risque que l’on accepte de prendre dépend de chacun. Pour certains, vivre au Japon tient de la folie, tandis que d’autres acceptent, tout simplement parce que vivre, c’est prendre des risques, et que les japonais n’ont pas décampé de l’archipel au premier séisme. 

Et vous, les tremblements de terre vous font-ils hésiter à venir au Japon (où dans tout autre pays à forte sismicité) ?

 


 Accès au centre d’entrainement d’Ikebukuro

Emplacement 〒 171-0021
Tokyo Toshima-ku, Nishi-Ikebukuro 2-37-8
Transport A 5 minutes à pied de la gare d’Ikebukuro (sortie Sud Nishiguchi)
Heures d’ouverture 09:00-17:00
Musée Fermé dim. Mardi et troisième mercredi
(28 – Janvier 4 Décembre) Nouvel An
Admission Gratuit
Enquête Résidents Tokyo Fire Department Ikebukuro catastrophes Education Centre
(Disaster Center Ikebukuro)

TEL: 03-3590-6565 Fax: 03-3590-6843

Publicités
About Amélie-Marie (177 Articles)
C'est en 2007 que j'ai pour la première fois posé le pied au Japon. Depuis, je n'en suis jamais tout à fait rentrée. Amoureuse de l'archipel, mais aussi des voyages, j'aime écrire à propos des mes expériences de vie, des autres cultures que je croise. Je travaille depuis 2015 pour Coto Academy, une école de langue de japonais et Coto Work, une agence de recrutement sur Tokyo.

15 Comments on Vivre au Japon: les tremblements de terre

  1. je suis d’accord avec toi, la nuit c’est pire qu’en journée. c’etait mon angoisse en NZ. Il m’arrivait de rever que la terre tremblait, que mon lit se deplaçait dans la piece et je me reveillais avec la certitude que c’etait arrivé. Je verifiais sur internet pour decouvrir que ce n’etait que mon imagination.
    Par contre, pendant les 6 premiers mois en NZ on a eu regulierement des aftershocks, du coup, on s’etait habitués, on etait capable d’estimer la force de la secousse, comme des locaux 🙂

    Bon courage pour les afterschocks.

    J'aime

  2. Pffiouu, le tremblement de terre de ce matin était impressionnant! Je n’avais jamais ressenti ça, une première en ce qui me concerne.
    Et c’était plutôt angoissant, de ne pas savoir à quel point c’est grave, s’il faut s’alarmer ou pas?! Du haut de mon 9ème étage, j’ai aussi eu une bonne poussée d’adrénaline 😉

    J'aime

    • C’était une première pour moi aussi, les précédents ayant toujours été des séismes mineurs. J’imagine bien ! Je n’étais qu’au 4ème, alors 9ème ! Question gravité, depuis, j’ai toutes les applications qu’il me faut sur mon portable. Je regrette juste que l’option iOS nécessite d’acheter son téléphone au Japon !

      J'aime

  3. On a installé une application gratuite et ça fonctionne super bien! On a été avertis avant le séisme. (bon, du coup, c’est un peu stressant de savoir que ça va arriver…)

    J'aime

  4. Si, c’est la Yurekuru dont tu parles. Par contre, on l’a réglée pour n’être prévenus que des tremblements de terre supérieurs à 3, parce que se faire réveiller par une alarme en pleine nuit pour un séisme 2, c’est beaucoup de stress pour rien 😀

    J'aime

  5. Salut. C’est MOI, encore. Ca faisait longtemps que j’avais pas commenté ici. Quand j’ai vu ce matin pour le earthquarke, j’ai beaucoup pensé à toi, j’ai failli t’envoyer un mail et je me suis dis : tiens, son blog ? Et paf, j’avais raison ! C’est que je commence à te connaitre.

    Bon, ton article a un peu fait paniquer la flippée qui vit en moi (RENTRE A LA MAISON TOUT DE SUITE !) mais pour une nana qui voudrait vivre à Istanbul, où les normes anti-sismiques doivent être presque aussi bien respectées que le Code de la route, j’ai envie de dire que…

    Voilà quoi.
    Love mon chou.

    J'aime

  6. Ah, les séismes…
    Par curiosité scientifique, j’aimerais en vivre un, ce ne laisse pas de surprendre mes amis japonais.
    Ce à quoi je réponds « oui, mais un tout petit ».
    On peut choisir ?

    En tout cas, merci pour cet article ; je penserai à préparer un grab bag… De toute façon, c’est à peu près le même que pour une invasion de zombies, donc, ce ne sera jamais perdu 😉

    J'aime

    • J’étais très curieuse, et je le suis toujours. Un peu comme avec pas mal de phénomènes naturels (tornade, volcan…). Pourtant je réalise bien que ce n’est pas sans danger. Si tu veux en vivre un assez fort sans le risque, le centre d’ikebukuro est pour toi! Et on le sent beaucoup plus sur le sol, dans les étages supérieurs Ah ça c’est sur x)… De plus, avoir une copie de ses papiers c’est toujours utile ! Le notre est encore incomplet, honte à nous!

      J'aime

  7. Je n’ai jamais vécu de tremblements de terre mais cette idée me fait trembler. Pourtant j’aimerais savoir ce que ça fait comme sensation. C’est quand même la terre qui se déchaine et on ne peut rien y faire, bon sang. Quand je pense que les japonais ont ça si souvent… (ps: j’ai donc vu que tu étais aussi artie en ousbékistant, j’ai juste super hate de découvrir ça !)

    J'aime

    • C’est un drôle de phénomène le tremblement de terre. Personnellement, ça me rappelle qu’on est vraiment tout petit, et que notre lieu de vie n’est pas acquis. Ça me rend pas croyante en quoi que ce soit du tout, par contre, en vivre un agité comme celui-ci, ça m’a replacé dans l’univers. J’ai déjà quelques articles d’écrit sur le sujet. D’autres sont à venir, mais il me faut trouver le temps ! 🙂

      J'aime

  8. Je reviens du Japon et j’ai été réveillé la nuit par mon téléphone qui m’a affiché une alerte au tremblement de terre. Le système ETWS (Early Tsunami Warning System) commence à être généralisé y compris sur les téléphones vendus en France (dernières version de Android) pas besoin d’application spécifique ni de 3G. Mais c’est vrai que sur le coup à 03h00 du matin ça surprend 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :