Visiter Tokyo: ryogoku, le musée d’Edo

Découvrons la suite du quartier Ryogoku 

C’est par un bel après midi ensoleillé que j’ai eu l’occasion de découvrir Ryogoku, le quartier du sumo, et son superbe musée consacré à l’ère Edo. Une visite à faire pour l’ambiance du quartier, son musée qui ravit petits et grands avec son interactivité et ses petits spectacles. 

Le musée d’Edo à Ryogoku

Le Musée Edo-tokyo 

Créé en 1993, le musée d’Edo-Tokyo, plus souvent appelé le musée d’Edo, est consacré à l’histoire de la capitale du Japon. Situé dans le quartier de Ryogoku, le bâtiment est adjacent à la gare et au Ryogoku Kokugikan. Il a été conçu par l’architecte Kiyonori Kikutake, s’inspirant de la forme d’anciens entrepôts et suivant un style architectural tradionnel, le kura-zukuri. Il est associé au Musée d’Edo-Tokyo en plein air, littéralement appelé « Jardin des bâtiments Edo-Tokyo », qui conserve et expose plusieurs bâtiments historiques dans le parc Koganei à Tokyo.

Une exposition complète sur l’histoire d’Edo / Tokyo

Le musée d’Edo propose une très riche exposition permanente, avec une réplique grandeur nature du Nihonbashi, le pont reliant Edo aux 5 grandes routes du Japon, ainsi que le théâtre Nakamuraza et des modèles réduits de la ville de différentes ères (Edo, Maiji, Showa).

Elle illustre de manière impressionnante le passé de Tokyo et propose aux visiteurs,  par sa grande interactivité, de faire l’expérience du mode de vie de l’époque, du patrimoine culturel mais aussi économique et social. Petits et grands peuvent se balader dans cette immense salle, et découvrir sans s’ennuyer une seule seconde, la vie des japonais à d’autres époques.

Une maison typique de l’ère showa (années 1920, 1930) est donnée à explorer, tandis que quelques mètres plus loin, on peut grimper sur les tous premiers modèles de vélo ou encore sur un pousse-pousse. On peut faire l’expérience des porteurs de riz, qui allaient dans les rizières avec des sceaux de plus de 25 kilos, ou découvrir l’intérieur des habitations de diverses époques, fidèlement reconstitué.

Des visites gratuites peuvent être organisées en plusieurs langues par des bénévoles, de 10h à 15h. Il est possible de réserver en s’y prenant à l’avance (un mois à deux semaines) ou il faut découvrir le jour même quelles visites sont éventuellement possibles.

Un autre point de vue, avec les expositions temporaires

Le musée d’Edo organise plusieurs fois par an, des expositions temporaires afin d’enrichir la découverte du passé de la ville sous un autre angle. L’exposition du moment est ainsi consacrée à la conception des plans de villes en Asie, et à l’influence de la Chine sur le Japon. De très nombreuses cartes et peintures de l’époque, permettent de découvrir l’évolution des villes et de leurs agencements. Si les dessins étaient très intéressants, cette exposition ne permettait pas à un touriste de pleinement profiter du sujet, la méconnaissance des kanji faisant perdre tout intérêt pour les très nombreux documents écrits présentés.

Des performances pour découvrir la culture japonaise

Sans conteste, le point fort du musée réside dans son théâtre, qui permet selon les jours de découvrir le rakugo (histoire comique), le koto (la cithare japonaise) ou encore des performances de Kabuki ou de jeux de Kabuki (les petits spectacles donnés à voir durant les intermèdes). Toutes les demi-heures ou presque, les visiteurs peuvent prendre place sur des fauteuils rouges, comme au théâtre, et découvrir le Japon à travers sa culture du divertissement. Malheureusement, il est interdit de filmer et de photographier les représentations, ce qui est compréhensible. Cependant, j’ai trouvé quelques vidéos sur internet, vous permettant au moins de découvrir la scène.


Si la troupe ne parle pas, ou presque pas anglais, cela n’enlève rien au charme, tant le japonais est expressif (visage, ton). Nous avons découvert une jongleuse hors pair avec son ombrelle, et un maître des toupies. Le public crie, pousse des oh et des ah, et les sourires illuminent les visages tant des nationaux que des touristes, impressionnés par des représentations incroyables.


Adresse : 1-4-1 Yokoami, Sumida, Tokyo 130-0015 (ACCES)
Téléphone : 03-3626-9974
one person Groups
(20 people or more)
Adults 600yen 480yen
Students
(Junior highschool & High school)
300yen 240yen
Students
(College & Vocational School)
480yen 380yen
Over 65 years old 300yen 240yen
Publicités
About Amélie-Marie (177 Articles)
C'est en 2007 que j'ai pour la première fois posé le pied au Japon. Depuis, je n'en suis jamais tout à fait rentrée. Amoureuse de l'archipel, mais aussi des voyages, j'aime écrire à propos des mes expériences de vie, des autres cultures que je croise. Je travaille depuis 2015 pour Coto Academy, une école de langue de japonais et Coto Work, une agence de recrutement sur Tokyo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :